Aubervilliers, nouvelle place internationale du textile

En matière de textile, tout se passe désormais à Aubervilliers. La ville concentre le plus grand nombre de grossistes d’Europe. Elle semble avoir remplacé définitivement le quartier parisien du Sentier, temple historique de la fringue qui a perdu sa superbe dans les années 2000. Histoire d’une ville devenue en 20 ans une nouvelle place mondiale du textile.

Le Sentier est mort, vive Aubervilliers ! 8 Rue de la Haie Coq et 70 Avenue Victor Hugo. Les deux adresses concentrent à elles seules le plus grand nombre de grossistes en Europe, faisant d’Aubervilliers une nouvelle place internationale du textile, à l’instar de ce qu’était auparavant le quartier du Sentier. Le CIFA et le plus récent Fashion Center sont de colossaux centres commerciaux dédiés à la fringue de gros.

Le CIFA Fashion Business Center, ouvert en 2006, a été le premier du genre. En effet, le CIFA est d’abord novateur dans son fonctionnement sur le modèle d’un centre commercial. Il l’est ensuite par sa taille. En 2018, il regroupait 280 grossistes sur 40 000 m2, et environ 15 000 visiteurs par mois selon le managing director d’Eurazeo Patrimoine (qui a racheté le CIFA en 2015) et très heureux propriétaire du lieu Frédéric Maman. Quant au Fashion Center, il a ouvert ses portes en 2015 et concentre 300 enseignes sur 55 000 m2. La même année, le CIFA s’est par ailleurs agrandit avec la construction du centre CIFA 3. Avec ce nouveau centre, ce sont 90 nouvelles boutiques qui se sont installées. Une folle expansion qui est loin d’être achevée.

Balade dans le Fashion Center d’Aubervilliers

Fin du Sentier, nouveau modèle ? Pas vraiment. Aubervilliers s’est largement inspiré du modèle de fonctionnement du Sentier. Et la ville au Nord de Paris peut compter sur l’expérience de longue date du Sentier en matière de textile et de commerce de gros. En effet, tout avait commencé au 18ème. La Compagnie française des Indes, entreprise coloniale qui importait des indiennes (cotonnades imprimées), installe son siège dans le Sentier entrainant ainsi d’autres commerçants textile à s’y installer aussi. Le quartier devient dès lors rapidement le centre mondial de la mode et du luxe. Il atteint son apogée dans les années 1980. Le principe, pour les confectionneurs et PME qui s’y trouvent, est simple : le circuit court. Et le modèle est efficace. Il permet, en un délai limité, de produire des vêtements en ayant tout sur place. Et en bonus, la boutique de vente est au rez-de-chaussée.

Jusque dans les années 2000, le Sentier tourne à plein régime mais le déclin s’amorce. L’affaire de la cavalerie (blanchissement d’argent par les textiliens) en 1997 dans le Sentier avait déjà jeté un froid sur l’attraction du quartier. Au-delà, les entrepreneurs du prêt-à-porter ont fortement souffert de la concurrence chinoise. A tel point que de nombreuses entreprises ont fermé dans les années 2000. La suppression des quotas d’importation sur le textile chinois par l’Union européenne en 2005 a porté un coup dur au quartier du textile parisien.

Aubervilliers et les grossistes chinois

Chassés par la concurrence chinoise, les entrepreneurs du prêt-à-porter ont quitté leur quartier historique pour la banlieue d’Aubervilliers. Face à la forte demande d’approvisionnement chinois de la part des grandes marques de vêtements – car les chinois sont plus attractifs -, ils ont investi le Sentier et y ont développé leurs propres activités telle que la couture. Ils ont également embauché des stylistes et des vendeurs, leur conférant un certain monopole de l’activité textile dans le quartier.

Boutique d’un grossiste de prêt-à-porter

Sauf qu’ils ne se sont pas arrêtés là. Ils sont eux aussi partis en banlieue pour développer leurs activités. En même temps que le textile parisien se relocalisait à Aubervilliers, les grossistes chinois se sont emparés de la ville. Prêt-à-porter, maroquinerie, chaussures, accessoires : de très nombreux importateurs asiatiques s’y sont installés. « Beaucoup de grossistes chinois du Sentier sont venus ici car c’est plus commode que le centre de Paris. Il y a des allées en face des showrooms, un système de « click and collect » et un site de vente en ligne, pratique pour le réassort. », souligne Frédéric Maman.

L’avantage d’Aubervilliers, en plus de proposer le même circuit-court, est d’offrir de l’espace. Et plus il y a de place, plus les différents centres commerciaux peuvent accueillir de grossistes. Et chacun des 280 grossistes du Centre International France-Asie possède son propre showroom dédié à la vente. Chacun dispose aussi d’une réserve pour le stockage de ses marchandises. Qui plus est, ces grossistes restent à proximité du centre de Paris. Un sacré avantage que les petits ateliers, nichés dans des appartements au premier étage au-dessus des boutiques de prêt-à-porter, ne permettaient pas. Selon les derniers chiffres de 2018 de l’établissement public territorial Plaine Commune, Aubervilliers rassemblerait plus de 1 600 magasins de vente de vêtements en gros. Ces chiffres en font bel et bien le plus grand pôle de vente de textile en gros d’Europe. Et la plateforme d’Aubervilliers a déjà séduit de nombreuses marques de fast fashion.

Please follow and like us:

Tagged with: , , , , , , , , , , , , , , ,